L’île de Lilliput, de Muriel Martinella

muriel4

Muriel Martinella est une femme d’esprit, elle aurait fait un tabac dans les Salons du XVIIIème. Elle promène son écriture pétillante dans des registres différents, toujours sur le fil entre réalité et au-delà, entre rire et larmes aussi.

Rien de grave?

Mais si, tout est grave. Mais il ne faut pas le dire.

Cette femme sur son clavier nous fait des pas de danseuse, mais il faut imaginer une danseuse cynique, une danseuse capable de nous dire: j’ai toujours aimé les comédies qui tournent mal. Et quelle comédie la vie.

J’ai beaucoup aimé Hôpital, j’ai lu avec intérêt L’appel des Launeddas. J’ai calé à la moitié d’Au-delà de David parce que les gourous et autres médiums m’ennuient quand ils s’incrustent, si sympathiques soient-ils. Et je me suis régalée avec ce recueil lilliputien qui vient se sortir, ces exercices de style qui en disent bien plus long que des exercices:

 

Prenez une expression, n’importe laquelle. Perdre la tête, par exemple. Mais prenez-la à pleines mains et regardez-la bien en face, vous allez voir ce que vous allez voir. Imaginez aussi la lutte à mort d’un buvard sur une tache d’encre, ou la rencontre décevante d’un puceau éjaculateur précoce et d’une page blanche en mal de sensations. Ce sont là à mon avis les histoires les plus savoureuses du recueil, la palme revenant à 666, avis de condamnation de la page 6, détenue en annexe pour faute grave.  Car avec son air de ne pas y toucher, Muriel Martinella vous y révèle la grande tragédie de la condition humaine. Rien que ça. Et Les Baumettes en sont une terrible allégorie.

Mais il y a aussi la petite tragédie personnelle de l’auteure (Cancun) et ses misérables revers d’écrivain (cœur de bois), parce que nous sommes entre nous. Seulement elle ne vous en fera pas des tonnes et prendra plutôt le contre-pied de tout, vous savez bien, ce merveilleux principe de légèreté…ce si rare principe de légèreté.

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Né de poussière d'étoiles |
Lafausseracaillepinkquiaime... |
Hypokhagne 1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poesiemavie
| commentcest
| Pressplume